Actu Semaine

L’accompagnement « éthiquable » des personnes âgées



 

 

L'accompagnement « éthiquable » des personnes âgées
 
 
L’allongement de la durée de vie impose une réflexion sur les moyens que notre société met en œuvre pour l’accompagnement des personnes âgées. La mission des professionnels du domaine de la gérontologie de vient de plus en plus exigeante dans ce contexte d’évolution démographique, sociologique, légale, technique et des mentalités. C’est bien le but de cette journée d’étude proposée le 22 juin par la Maison Familiale Rurale des Achards que de réfléchir ensemble sur un certain nombre de thèmes permettant d’apporter des réponses aux interrogations des personnels du secteur.
Il s’agit de déterminer la limite de ce qu’il est possible de faire et de ne pas faire pour permettre de garantir l’autonomie gestuelle et intellectuelle de la personne âgée, sa « liberté », sans la mettre en danger. Vaste domaine qui débouche sur une réflexion sur l’accompagnement de fin de vie. Six thèmes d’études ont été choisis par le comité de pilotage : la place de la domotique et du numérique dans l’accompagnement, le secret professionnel, le respect des habitudes de vie, la sécurité et la contention, la place de l’entourage et l’accompagnement de fin de vie.
Après une réflexion en groupes de travail, Catherine Baty, journaliste au magazine Racines, Aurélien Dutier, philosophe chargé de mission à l’Espace de Réflexion Ethique des Pays-de-la-Loire et Elodie Jean, avocate spécialisée dans les questions d’éthique sont venus apporter leur point de vue suivi d’un échange avec la salle.
Un programme très intéressant qui précise des frontières quelquefois subtiles entre les devoirs d’une profession difficile et les droits des bénéficiaires.