Actu Semaine

L’éthique au centre des débats à la MFR



 
 
L’éthique au centre des débats à la MFR
 
 
La Mothe Achard. « Jusqu’où peut on aller dans le soutien à la personne sans toucher à l’intime de sa vie personnelle ? », c’est ce questionnement que la Maison Familiale a voulu mettre en débat, une réflexion sur l’éthique des professions de la santé.
Elle touche directement les deux nouveaux métiers que la MFR de La Mothe Achard veut pousser sur marché du travail : les animateurs et les auxiliaires en gérontologie avec cette problématique : « Individualiser la démarche professionnelle auprès des personnes âgées pose la question de l’éthique », explique Guylaine Caillonneau, Présidente de la MFR
Attention à ne pas aller trop loin
« Le soin, c’est prendre le temps de personnaliser », a revendiqué Aurélien Dutier, philosophe, chargé de mission à l’Espace de Réflexion Ethique des Pays-de-la-Loire, devant plus d’une centaine de professionnels réunis la semaine dernière à l’espace culturel. « Pour cela, on ne peut pas se conformer à des normes de travail contraignantes. Le professionnel doit pouvoir adapter ses règles pour répondre aux demandes, aux besoins et aux priorités des malades »
Mais jusqu’où aller ? « Les dérapages sont trop fréquents », fait remarquer l’avocate Elodie Jean, spécialisée dans le domaine du droit de la santé et de l’action sociale. Les exemples d’abus sont trop nombreux : « la caméra pour surveiller les personnes âgées, c’est non !. Recueillir des données trop personnelles, c’est non ! »
L’équilibre est à trouver, c’est tout le sens d’une éthique finalement laisser au libre arbitre du spécialiste, « c’est sa conscience professionnelle ».
Ces débats illustrent les évolutions des métiers de la santé que la MFR souhaitent considérer en multipliant les cellules d’écoute. « Nous avons un comité de pilotage sur nos formations, composé de professionnels du terrain qui font remonter leurs réflexions », un indicateur permanent sur les besoins et les changements nécessaires, « c’est par cette démarche que nous avons créé les formations d’animateur et d’auxiliaire en gérontologie, nous sommes les seuls dans la région», confie Guylaine Caillonneau.
 
Jean Michel POUZET


Actus semaine

Pour des news
en direct

Photothèque

Pour vivre
la MFR

Accès réservé

Pour mon espace
privé