Actu Semaine

La communication non violente : Une utilité ?



 

 

La communication non violente : Une utilité ?

 

 
Les stagiaires de formation ADVF ont accueilli Mathilde LEPEU pour présenter l’outil de la Communication Non Violente (CNV). Mathilde LEPEU transmet la CNV depuis 2016 pour les entreprises, les particuliers, les Centres de Formation dans le but d’améliorer sa relation au travail, en groupe ou en famille. Mathilde s’inspire du psychologue américain, Rosenberg, qui lui-même s’est inspiré de Carl Rogers et de Gandhi.
 
Qu’est ce la CNV ? C’est un outil de communication, principalement verbal, qui peut servir à la résolution de conflits entre 2 personnes ou au sein de groupes. C’est aussi une méthode visant à créer entre les êtres humains, des relations fondées sur l’empathie, la compassion, la coopération harmonieuse et le respect de soi et des autres.
 
La CNV regroupe 3 principes : l’attention (observation, sentiment, besoin, demande), l’intention (qualité de « connexion » entre soi et autrui qui permet la compassion, dans le donner et le recevoir de façon naturelle) et la responsabilité (100 % responsable des mots, des gestes).
 
Afin de mettre en pratique la CNV, Mathilde a demandé à chaque stagiaire de réfléchir à une situation qui leur a semblé désagréable. Elle leur a ainsi présenté les 4 étapes nécessaires à la CNV : L’observation (objective), le sentiment (le ressenti), les besoins (non nourri ou non satisfait) et le dernier point : la demande. La demande doit répondre à 6 critères : positive, réaliste, inscrite dans le temps, précise, concrète et négociable.
 
Selon Rosenberg, « Les plus gros problèmes peuvent se résoudre par la communication. Une broutille peut entraîner de gros problèmes sans communication. La CNV est donc l’outil pour se rendre la vie plus belle et rendre la vie plus belle à l’autre. »
 
Gaël - Stagiaire en formation ADVF